FR EN






Boutique

Michael Snow

VWLNT WAVELENGTH

(Wavelength Pour Ceux Qui N'Ont Pas Le Temps. 45 minutes à l'Origine, Maintenant 15!! )

un nouveau DVD de Michael Snow.
Wavelength est à juste titre considéré comme un classique du cinéma d'avant garde depuis son apparition en 1967 (Grand Prix du 4ème Festival du Film Experimental de Knokke-Le-Zoute Belgique, 1967, ). Aujourd'hui Michaël Snow en a créé un nouvelle œuvre consistant en simultanéités plutôt que les progressions séquentielles de l'original. WVLT est composé de trois surimpressions non altérées d'images et de son.
45 minutes à l'origine, maintenant 15 !!
Prix pour l'Union Européenne expédition en courrier prioritaire compris: 35 Euros.

Pour ce dvd d’artiste publié chez Art Metropole à Toronto, Michael Snow a coupé son fameux film Wavelength en trois parties égales de 15 minutes et les a surimpressionées ensemble sans autres altérations que les nombreux effets de leurs superpositions visuelles et sonores. Pour ceux qui connaissent le film original, (en distribution pour l’Europe à Cinédoc – Paris Films Coop), et dont l’auteur souhaite qu’il soit projeté et vu dans cette version autant que possible, l’effet est des plus curieux. La sensation argentique persiste grâce à une absence de dérayage, dépoussièrage, stabilisation et autres lissages numériques, selon un aspect " brut de copie 16 mm " avec ses éclats de lumière et de couleurs, pulsations, granulosité, qui font partie de la saveur visuelle spécifique de ce grand film. En revanche, la lente progression épurée du zoom se télescope sur elle-même en une multiplicité de couches et de battements superposés, échauffant les couleurs, les lumières et les mouvements.
Michaël Snow a déclaré, avec cette version électro numérique de son chef d’œuvre, à l’heure du piratage et du remix sauvage, " préférer être lui-même le propre vandale de ses films ".
Dytir Hambick " Calcutta Avant-garde Quarterly " June 2003.

Wavelength est sans précédent quant à la pureté de sa confrontation avec l'essence du cinéma: la relation entre le fait et l'illusion, l'espace et le temps, le sujet et l'objet. C'est le premier film post-Warholien, post-Minimal, l'un des rares films à engager les ordres conceptuels supérieurs qui occupent la peinture et la sculpture modernes. Wavelength a fort justement été décrit comme un "triomphe du cinéma contemplatif".
Gene Youngblood, L.A. Free Press 1968.

> Pour commander

Retour